Les mots d’un DG : La richesse du CERN, ce sont ses collaborateurs

Mar 13, 2018
Rolf Heuer, alumni du CERN
Au CERN de 1984 à 1998,  directeur général de 2009 à 2015.
Aujourd’hui: Président (Vice-Président à partir du 9 avril) de la Deutsche Physikalische Gesellschaft.- Président du Conseil de SESAME

D’abord membre du personnel titulaire, puis utilisateur, puis directeur général et, finalement, alumni. Rolf Heuer a passé sa vie professionnelle en relation avec le CERN et ses collaborateurs, avant d’assumer les plus hautes responsabilités dans l’Organisation.

 

En 2007, quand Rolf Heuer est nommé directeur général, le monde et le CERN sont plutôt en bonne santé. Toutefois, la crise financière en Europe survient peu après et, en 2008, un incident affecte sérieusement la machine LHC. « Bien évidemment, j’ai dû m’adapter aux nouveaux défis puisque la vision stratégique que j’avais développée au début ne pouvait plus s’appliquer, explique Rolf Heuer. J’ai été beaucoup plus impliqué dans des questions diplomatiques, car je devais veiller à ce que le CERN continue, malgré la crise économique, à recevoir les contributions de tous les États membres. Il était très important d’établir des contacts personnels avec les personnes en responsabilité et les décideurs politiques dans les différents pays, en particulier ceux qui souffraient beaucoup de la crise financière. J’ai aussi poussé à l’élargissement géographique du CERN, avec la publication du document sur l’élargissement en 2010. »

 

L’ancien directeur général a dû déployer beaucoup d’efforts pour cette activité diplomatique, mais il reconnaît volontiers que, dans cette tâche, il a été beaucoup aidé par ce qu’il appelle « une armée silencieuse » :les alumnis du CERN, présents dans le monde entier, qu’il rencontrait dans des réunions à haut niveau et qui, spontanément, intervenaient pour défendre le CERN.  «  C’est vraiment formidable, raconte-t-il, quand vous n’avez même pas à convaincre votre audience parce que quelqu’un, qui n’est pas le directeur général du CERN, explique la valeur du CERN et l’importance de sa mission.  J’ai toujours pensé que la vraie richesse du CERN réside dans ses collaborateurs, et pas uniquement les collaborateurs actuels mais ceux qui étaient là 2, 10, 20 ans auparavant. Ils forment une communauté puissante d’ambassadeurs enthousiastes ! »

 

 

Aujourd’hui, Rolf Heuer continue sa propre mission d’ambassadeur du «  modèle de collaboration » du CERN, dans le monde entier. « Grâce à mon expérience au CERN, j’ai pu beaucoup développer mes aptitudes diplomatiques ; j’ai aussi rencontré des personnalités politiques très intéressantes, avec lesquelles je n’aurais jamais été en contact autrement. Ce travail vous fait grandir considérablement. Après le CERN, j’ai su interagir avec les personnes mieux qu’auparavant. Et une fois le mandat terminé, on reste très connu, on est présenté en tant qu’« ancien directeur général du CERN ”, ce qui a un poids considérable. »

 

Vous n’en avez pas assez du CERN ? « Non ! Certainement pas ! C’est vrai, sept années en tant que Directeur-Général, c’était long, car on n’a pratiquement pas de temps libre. Le seul temps libre dont on dispose, c’est pendant la fermeture à Noël. Et pendant un mandat de directeur général, il est impossible de faire de la recherche. Toutefois, ce qu’on peut faire, c’est s’efforcer de construire le paysage de la recherche internationale, au moins sur le court terme. On a un certain pouvoir, on est écouté, et même suivi. »

 

 

Puisqu’on parle de votre vision pour le futur, dans le paysage aujourd’hui incertain de la physique des accélérateurs, que diriez-vous à la jeune génération d’étudiants en physique ? « Au CERN on apprend à gérer de petits projets à l’intérieur de projets beaucoup plus larges et on acquiert une connaissance de la technologie de pointe et des interactions internationales, répond-il. Ce sont là des compétences très prisées par le secteur privé. La physique des particules est un domaine particulièrement fertile pour développer ces capacités, par exemple, pendant la durée d’un doctorat. »

 

Et de conclure : « Le CERN, c’est est bien plus que la physique des particules. Le rôle du CERN est également dans une large mesure de promouvoir la recherche et l’éducation. Les collaborateurs de l’Organisation, et cela inclut les alumnis du CERN, sont un moyen fantastique de promouvoir la science fondamentale et le CERN dans le monde entier. »


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.