Préparez-vous au grand saut

Sep 21, 2018

Alumni : Boris Mangano
Au CERN de 2003 à 2016. En tant que membre de la collaboration CMS, il a participé à la construction du trajectographe et, plus tard, à la reconstruction et à l'analyse des données.
Aujourd’hui : Expert en méga données dans une entreprise privée

 

Un diplôme en physique suivi d'un Master, un doctorat et un post-doctorat au CERN : tel est le parcours professionnel typique d'un physicien en physique des particules. Mais un changement radical vient bouleverser la carrière de Boris Mangano : « C’était en 2016 et j’analysais les données pour rechercher tout signe de super symétrie, se souvient-il. 
C'était le moment où j'ai commencé à réaliser qu'après avoir participé à la découverte du Boson de Higgs, il était très peu probable qu'une autre grande découverte soit à portée de la recherche au cours de ma carrière. D’autant plus que toute nouvelle découverte dans le domaine de la physique des particules dépendrait de la construction de nouvelles machines, plus grandes et plus puissantes que le LHC. De tels projets peuvent demander de nombreuses années et j'avais déjà eu la chance d’en connaître toutes les étapes, de la construction matérielle d'un détecteur de particules à l'analyse des données et à la découverte ! »

Au CERN, Boris avait développé de nombreuses compétences, allant de la création de détecteurs en silicium à la reconstruction de données, puis à leur analyse et à leur compréhension. Cette dernière compétence semblait la plus exploitable et celle qui pourrait assurer une évolution de carrière intéressante pour Boris. Quelques mois après avoir pris la décision radicale de quitter le secteur de la recherche et après une bourse ASI en science des données  au Royaume-Uni, Boris est embauché par une entreprise privée pour travailler avec les méga données, cette fois pour affaires. « Passer du monde universitaire au secteur privé nécessite une certaine préparation, dit-il. Au CERN, j'avais acquis de nombreuses compétences techniques et j'étais capable de gérer et de travailler sur de gros volumes de données. Toutefois, j'ai dû développer un certain ‘sens des affaires’, c'est-à-dire la capacité à comprendre les différents contextes avec lesquels les entreprises traitent afin de s’adapter. »

Il lut de nombreux livres sur le sujet, chercha des occasions de transition pour combler le fossé et se prépara soigneusement à sa carrière. « Je savais que je manquais, par exemple, de capacités de gestion de projet et d’autres compétences non techniques, mais je savais également que, grâce au CERN, j'étais capable de présenter des résultats, et de faire face à des questions et des défis difficiles. Et je n'étais pas inquiet de traiter avec un type de données complètement différent. Les données sont des données et les techniques que vous apprenez dans les universités sont parfaitement transférables dans les entreprises », explique Boris.

Aujourd'hui, les méga données sont pratiquement partout : en physique bien sûr, mais aussi dans les domaines médical et pharmaceutique, dans la finance mais aussi dans les voyages et la communication. La tendance pour les scientifiques des données est très positive, car les techniques telles que l'apprentissage machine et l'intelligence artificielle se développent rapidement au fil des ans. Les utiliser pour découvrir les secrets de l'univers ou pour créer un plan d'affaires efficace pour une entreprise est différent mais tout aussi fascinant et stimulant.
 


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.