Le ballet souterrain d’ALICE

Mar 19, 2019

Les cavernes des expériences du Grand collisionneur de hadrons (LHC) sont le théâtre d’un éblouissant spectacle au cours de ce deuxième long arrêt technique. Les sous-détecteurs étincelants extraits de leur logis souterrain se meuvent en un fascinant ballet. Fin février, l’expérience ALICE a ainsi extrait les deux trajectographes de son détecteur : le système de trajectographie interne et la chambre à projection temporelle. Depuis le premier jour du long arrêt, le 3 décembre, les équipes déconnectaient les dizaines de sous-détecteurs. Le 25 février enfin, les deux trajectopgraphes étaient prêts pour la sortie.

Situés autour des points de collision, les trajectographes permettent de reconstituer la trajectoire des particules issues des collisions. Leurs informations sont essentielles pour identifier les particules et comprendre ce qui s’est passé lors des collisions. Le trajectographe interne de ALICE est un tube de 1,5 mètre de long et d’un mètre de diamètre. Il sera remplacé par un nouveau détecteur plus proche du point de collision, beaucoup plus précis, formé de sept couches de pixels et contenant en tout 12,5 milliards de pixels. Le détecteur actuel est encore dans la caverne et pourrait passer une paisible retraite comme pièce de musée dans l’exposition en surface.

Detectors,ALICE,LS2
En février 2019, les équipes d'ALICE ont démonté les deux trajectographes de l'expérience, dont le trajectographe interne. (Image : Maximilien Brice, Julien Ordan/CERN)

La chambre à projection temporelle est un imposant cylindre de 5,1 mètres de long et 5,6 mètres de diamètre, et pèse pas moins de 15 tonnes. Le volumineux sous-détecteur a néanmoins été hissé en quatre heures seulement pour être transporté dans un bâtiment où il va subir une métamorphose complète. Le détecteur actuel est basé sur la technologie de la chambre proportionnelle multifils. Pour accélérer la vitesse d’acquisition du détecteur d’un facteur 100, le système de lecture sera doté de composants bien plus rapides, des chambres à multiplicateur d'électrons dans du gaz (GEM), et l’électronique sera complètement remplacée. Les équipes ont commencé la rénovation, qui devrait durer 11 mois.

Pendant ce temps, le déménagement continue dans la caverne. La plupart des calorimètres sont sortis pour être eux aussi rénovés. Une cinquantaine de personnes sont à pied d’œuvre dans l’expérience.

Experiments and Collaborations,ALICE,LS2,skeleton,empty,structure,inside
Après l'extraction de ses deux trajectographes, le coeur d'ALICE est vide. (Image : Julien Ordan/CERN)

Pour en savoir plus sur les grands travaux d’ALICE, lisez les articles du site web et du CERN Courier.

Vous pouvez revoir l'enregistrement du Facebook live sur ALICE du jeudi 21 mars ici.


Voir plus d'images sur CDS.


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.