Bibliothèques numériques : une formation pour les bibliothécaires africains au CERN

Jul 18, 2019

Après une semaine de formation générale à Nairobi (Kenya), la seconde session de l'École CERN-UNESCO sur les bibliothèques numériques s'est tenue cette année au CERN, du 17 au 28 juin. Quatre bibliothécaires venant d'Afrique ont été invités au CERN pour prendre part à cette formation approfondie, afin de terminer la formation qu'ils avaient entamée début octobre 2018 à l'École du Kenya.

L'École CERN-UNESCO sur les bibliothèques numériques en est désormais à sa cinquième édition et a pour objectif de rendre les recherches menées en Afrique plus visibles. Pour cela, les bibliothécaires apprennent à se familiariser avec les principes du libre accès et de la science ouverte, à utiliser des services et technologies web de pointe tels qu'Invenio, et reçoivent des conseils sur la manière d'enrichir leurs propres bibliothèques numériques.

Au cours de leur séjour de deux semaines à Genève, les bibliothécaires ont participé à des conférences aux Nations Unies, rencontré des défenseurs du libre accès et noué de nouveaux contacts professionnels. « C'est la première fois que je venais en Europe. Nous avons eu la chance de rencontrer de nouvelles personnes, de créer des liens avec des pionniers du libre accès et des délégués du monde entier », a déclaré Peter Otuoma, bibliothécaire-documentaliste à l'Université Karatina, au Kenya.

Plus important encore, au cours de cette formation approfondie, ils ont eu l'occasion de travailler sur des technologies de libre accès avec des spécialistes du CERN. Ces derniers les ont aidés à trouver des solutions aux problèmes qu'ils ont pu rencontrer dans leur vie professionnelle. « J'ai découvert des solutions de libre accès qui m'ont été bien utiles.Désormais, je sais que je vais pouvoir mettre mes connaissances en pratique à mon retour au travail », a expliqué Timothy Sukya, bibliothécaire-documentaliste à l'Université de Nairobi.

Lorsqu'on lui a demandé comment il voyait son avenir, Daniel Mwashivya, de Tanzanie, a affirmé avec certitude qu'il diffuserait le savoir acquis au CERN : « Dans le monde entier, le rôle des bibliothécaires est en constante évolution.Désormais, les livres ne se trouvent plus uniquement sur des étagères, c'est pourquoi nous devons nous familiariser avec le fonctionnement des bibliothèques numériques. »

La Zambienne Winfreda Nalwimba, seule participante féminine ayant pu assister à la formation au CERN, espère qu'en racontant son expérience, elle pourra inciter d'autres femmes de son institut d'origine à s'investir dans les sciences.

L'école CERN-UNESCO sur les bibliothèques numériques est un projet du groupe Éducation, communication et activités grand public soutenu par la Fondation CERN & Société. L'École, au Ghana en 2016, puis au Kenya en 2018, ainsi que la formation approfondie au CERN ont été rendues possibles grâce à la généreuse donation de Mme Margarita Louis-Dreyfus.

Téléchargez le Rapport annuel 2018 de la Fondation CERN & Société (en anglais) pour en savoir plus à propos de l'École CERN-UNESCO sur les bibliothèques numériques à Nairobi.


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.