L'Estonie devient État membre associé du CERN en phase préalable à l'adhésion

Jun 19, 2020

Genève, le 19 juin 2020. Aujourd'hui, les représentants du CERN et du gouvernement de l'Estonie ont signé un accord octroyant à l'Estonie le statut d'État membre associé du CERN en phase préalable à l'adhésion. En raison de la pandémie de COVID-19, la cérémonie de signature s'est déroulée via un flux en direct entre Genève et Tallinn, une première dans l'histoire du CERN. L'Accord entrera en vigueur une fois que le CERN aura été informé par les autorités estoniennes que toutes les procédures d'approbation nécessaires ont été menées à bien.

« Nous sommes très heureux d'accueillir l'Estonie comme nouvel État membre associé en phase préalable à l’adhésion. Au fil des années, les scientifiques estoniens ont contribué notablement aux activités scientifiques du CERN et ont participé activement aux programmes d'enseignement du Laboratoire, a déclaré Fabiola Gianotti, directrice générale du CERN. L’accession de l’Estonie au statut d’État membre associé en phase préalable à l’adhésion sera l’occasion, pour l’Estonie comme pour le CERN, d’élargir, à leur avantage mutuel, leur collaboration en matière de développement scientifique et technologique ainsi que d'enseignement et de formation. Nous nous réjouissons de renforcer encore nos liens. »

« Il est important pour l’Estonie de bénéficier d’une coopération mutuellement avantageuse avec le CERN. Devenir État membre associé en phase préalable à l’adhésion est une étape majeure, qui amènera l'Estonie à renforcer sa coopération avec le CERN en vue de son accession au statut d’État membre de plein exercice. L'Estonie verra s'ouvrir de nombreuses perspectives importantes de collaboration en matière d'innovation et de R&D pour les entrepreneurs, les scientifiques et les chercheurs du pays, ce qui profitera aussi grandement au secteur privé et à l'économie tout entière du pays ; de façon réciproque, nous pourrons aussi faire bénéficier au CERN de notre expérience et je suis convaincu que le CERN sera un partenaire précieux pour l'Estonie, comme l'Estonie sera un partenaire précieux pour le CERN », a déclaré Jüri Ratas, premier ministre de l'Estonie, lors de la cérémonie de signature.

La coopération entre l'Estonie et le CERN a été instaurée en 1996. Avec l’arrivée en 1997 à l'expérience CMS auprès du Grand collisionneur de hadrons (l’accélérateur-phare du CERN), d’une équipe estonienne, l'Estonie est devenue un membre actif de la communauté du CERN. Entre 2004 et 2016, la mise en place de nouveaux cadres de collaboration a progressivement eu pour effet de stimuler la coopération scientifique et technique entre l'Estonie et le CERN, et de renforcer encore la participation de la communauté estonienne de la physique des particules aux expériences de physique des hautes énergies menées au CERN. En septembre 2018, l'Estonie a déposé une demande d'adhésion à l'Organisation.

Aujourd'hui, l'Estonie est représentée au CERN par 25 scientifiques, à savoir un groupe très actif de théoriciens, des scientifiques participant aux activités de R&D pour le projet CLIC et une équipe de l'expérience CMS contribuant à l'analyse des données et à la Grille de calcul mondiale pour le LHC (WLCG), dont l'un des centres de niveau 2 est hébergé par l’Estonie, à Tallinn ; enfin, une autre équipe participe à l'expérience TOTEM. Ces scientifiques viennent des instituts suivants : l'Institut national estonien de physique chimique et de biophysique, l'Université de Tartu et son Institut de physique, l'Université technique de Tallinn (TalTech) et l'Observatoire de Tartu.

L'Estonie bénéficie également des activités d'enseignement du CERN dans le cadre de la participation régulière de ressortissants du pays au programme des étudiants d'été et au programme pour les enseignants du secondaire.

Les États membres associés du CERN ont le droit de participer aux réunions du Conseil, du Comité des finances et du Comité des directives scientifiques du CERN.  Leurs ressortissants peuvent présenter leur candidature pour des postes de titulaires au bénéfice de contrats de durée limitée et pour des postes de boursiers, et leurs entreprises peuvent répondre aux appels d'offres du CERN, ce qui accroît les perspectives de collaboration industrielle dans des technologies de pointe.

Footnote(s)

1. Le CERN, Organisation européenne pour la Recherche nucléaire, est l’un des plus éminents laboratoires de recherche en physique des particules du monde. Située de part et d’autre de la frontière franco-suisse, l’Organisation a son siège à Genève. Ses États membres sont les suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Israël, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Serbie, Slovaquie, Suède et Suisse. Chypre et la Slovénie sont États membres associés en phase préalable à l’adhésion. La Croatie, l’Inde, la Lituanie, le Pakistan, la Turquie et l'Ukraine sont États membres associés. Les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, le Japon, le JINR, l’UNESCO et l’Union européenne ont actuellement le statut d’observateur.


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.