Le CERN conçoit un moule pour produire en série des visières de protection faciale

Une réponse intelligente à la pandémie de COVID-19 doit tenir compte des problèmes de santé et des handicaps préexistants à cette crise sanitaire. Le port du masque, par exemple, empêche les personnes malentendantes de lire sur les lèvres ou d’interpréter les expressions du visage. Dans ce cas, les visières de protection transparentes sont une solution. Quarante visières, fabriquées selon une conception imaginée au CERN, ont ainsi été distribuées aux enseignants et aux élèves malentendants d’une école de la région de Modène, dans le nord de l'Italie.

Lors du pic de la première vague de l'épidémie, le CERN avait besoin d’un grand nombre d’équipements de protection individuelle, ce qui a poussé le Laboratoire à fabriquer dans ses ateliers non seulement des masques, mais aussi des visières de protection faciale. Les visières ont été conçues et optimisées par le groupe d'action « CERN against COVID-19 ».

J'ai été très impressionné par l'altruisme de mes collègues. Cette démarche a uni toute la communauté du CERN – ingénieurs, personnel administratif et responsables du transport – dans la volonté de réaliser une bonne action.

– Salvatore Buontempo, membre de l'expérience CMS

et de l'INFN Naples, et volontaire du groupe d'action

« CERN against COVID-19 ».

Grâce au développement et à la fabrication d’un moule pour les parties en plastique complexes de la visière, la production de cette dernière sur le domaine du CERN s’est industrialisée : le volume de production est ainsi passé de quelques dizaines à près de trois cents unités par jour. La forme des parties complexes a été légèrement modifiée pour répondre aux normes françaises des équipements de protection contre le COVID-19.

« Ce moule est un élément mécanique relativement sophistiqué, explique Diego Perini, chef du bureau d'études du groupe Ingénierie mécanique et des matériaux (EN-MME). Il est fait à partir de plusieurs parties mobiles qui s’imbriquent pour former un moule dans lequel le plastique est injecté, et que l’on ouvre ensuite pour extraire la pièce une fois celle-ci refroidie. Le moule permet à la fois une précision de mouvement, une reproductibilité et une stabilité et garantit ainsi une constance dans les dimensions des parties fabriquées. Il doit aussi pouvoir résister à plusieurs millions de cycles thermomécaniques sans que ses propriétés soient altérées. »

CORPLAST, situé à Correggio, près de Modène, est le fabricant du moule. L'entreprise, spécialisée dans le moulage complexe de plastique, en particulier pour l'industrie automobile, a reçu une autorisation du CERN pour utiliser le moule afin de fabriquer, à ses frais, des visières de protection et a depuis distribué près de 1 300 visières dans les écoles de la région.

Les modèles du moule et de la visière de protection ont été publiés sous la licence CERN sur le matériel libre (OHL). Au total, ce sont plus de 25 000 visières de protection qui ont été fabriquées par CORPLAST pour être utilisées au CERN. Certaines de ces visières ont été offertes à des partenaires du CERN au Liban, au Brésil, au Mexique, en Inde et au Pakistan.

Other news