Nouvelles du LS2 : des faisceaux circulent dans le Booster du PS

Si vous suivez le CERN sur les médias sociaux, vous avez peut-être vu en décembre qu’un premier faisceau avait été injecté dans le Booster du PS (PSB), marquant ainsi la toute première connexion entre l'accélérateur et le nouveau Linac 4.

C'est une étape essentielle pour le projet d'amélioration des injecteurs du LHC (LIU) et une réussite extraordinaire pour toutes les équipes qui ont participé à la métamorphose du PSB. « Comme nous avons presque tout changé dans le Booster pendant le LS2, c'est un nouvel accélérateur que nous avons remis en service en décembre. Le fait que pratiquement tout ait fonctionné comme prévu est une formidable réussite, et témoigne de l'excellent travail préparatoire effectué par tous les groupes chargés des équipements », relève Bettina Mikulec, qui dirige l'équipe en charge de l'exploitation du Booster du PS et du Linac 4.

Mettre en service le Booster n'est pas aussi simple que d’allumer son poste de télévision. Il s'agit d'un processus long et continu. « En décembre, le tout nouveau système d'injection, à la pointe de la technologie, a été mis en service progressivement. Des faisceaux de faible intensité ont tout d'abord été guidés vers l'entrée de l'accélérateur, puis injectés dans chacun des quatre anneaux* du Booster, explique Gian Piero Di Giovanni, responsable du projet LIU pour le Booster du PS. Nous avons réussi à faire circuler des faisceaux de façon régulière pendant plusieurs centaines de millisecondes, ce qui est déjà une belle réussite. »

De nombreux paramètres doivent toutefois encore être affinés, et les opérateurs doivent prendre possession de leur nouvelle machine. « Le modèle théorique élaboré pour le Booster amélioré donne à présent une meilleure description de la machine. Cela nous permet de la régler avec plus de précision, et d'en tirer le meilleur parti », ajoute Bettina Mikulec.

Le Booster reçoit actuellement des faisceaux du Linac 4 à une énergie de 160 MeV ; il est attendu qu'il les accélère jusqu'à 2 GeV. « La mise en service du nouveau système d’accélération radiofréquence est en cours. Une fois cette étape cruciale terminée, nous serons en mesure d'accélérer les protons dans la machine », précise Gian Piero Di Giovanni. Cela devrait intervenir au cours des prochaines semaines. En mars, les premiers faisceaux seront extraits du Booster et injectés dans le PS. Mais cela est une autre histoire.

 

* Le Booster du PS est composé de quatre anneaux synchrotron superposés, alimentés par le Linac 4. Selon la configuration des faisceaux « exigée » par les accélérateurs en aval, l'ensemble des anneaux, ou certains d'entre eux seulement, reçoivent des faisceaux.

Other news