La Lettonie va devenir État membre associé du CERN

Les représentants du CERN et de la République de Lettonie se sont réunis lors d'une cérémonie en ligne pour signer l'accord octroyant à la Lettonie le statut d’État membre associé du CERN. L'accession au statut d’État membre associé entrera en vigueur une fois que le CERN aura été informé que toutes les procédures de ratification et d’accession nécessaires ont été complétées par la Lettonie. La Lettonie est le troisième État balte à rejoindre la famille du CERN après la Lituanie et l'Estonie, qui ont signé des accords ces dernières années. 

« Nous sommes très heureux d'accueillir la Lettonie en tant que nouvel État membre associé, a déclaré Fabiola Gianotti, directrice générale du CERN, lors de la cérémonie de signature.  Cet accord contribue à renforcer les liens entre le CERN et la Lettonie, et il permettra ainsi à la physique des particules de continuer à se développer en Lettonie grâce à des partenariats en matière de recherche, de développements technologiques et d’actions dans le domaine de l'éducation. » 

« En devenant un nouvel État membre associé du CERN, la Lettonie espère renforcer sa contribution aux grands projets scientifiques de l'Organisation, et faire sienne l'excellence scientifique et technologique exceptionnelle acquise par ses membres pour faire avancer les économies et accroître le bien-être de nos sociétés, a déclaré Krišjānis Kariņš, premier ministre de la Lettonie. Ces dernières années, la communauté scientifique lettone a déjà participé à différents projets du CERN ; le statut d’État membre associé du CERN va maintenant nous permettre de coopérer plus étroitement et de faire progresser l'excellence scientifique de l'Europe. » 

Les grands instituts de recherche de la Lettonie ont commencé à participer aux activités du CERN au début des années 1990, dans des domaines tels que la technologie des détecteurs et des accélérateurs, l'électronique de puissance, la robotique et le traitement de données, notamment. En 1996, la Lettonie, par l'intermédiaire de son Institut d’électronique et d’informatique, a contribué au calorimètre hadronique du détecteur CMS, l'une des quatre grandes expériences de l'accélérateur phare du CERN, le Grand collisionneur de hadrons (LHC).

La signature, dans les années 2010, d'une série d'accords, notamment un accord-cadre de collaboration, en 2012, et un accord de coopération, en 2016, a permis de formaliser et d'intensifier les relations entre le CERN et la Lettonie. L'Université technique de Riga (RTU) a rejoint le groupe d'étude sur le Futur collisionneur circulaire en 2015, et un groupement réunissant l’Université de Lettonie et l'Université technique de Riga est ensuite devenu membre de la collaboration CMS, en 2017. Ce cadre a aussi permis à des scientifiques de Lettonie d'étudier et de participer aux activités du CERN à travers la réalisation de leur thèse de doctorat ou via des contrats d'attaché de projet.

En tant qu'État membre associé, la Lettonie aura le droit de nommer des représentants pour participer aux réunions du Comité des finances et du Conseil du CERN. Ses ressortissants pourront présenter leur candidature pour des postes de titulaires au bénéfice de contrats de durée limitée et pour des postes de boursiers, et ses entreprises auront la possibilité de répondre aux appels d'offres du CERN, ce qui augmentera les perspectives de collaboration industrielle dans des technologies de pointe.

Other news