La mise à jour 2020 de la stratégie européenne pour la physique des particules prévoit que l’Europe, en collaboration avec la communauté mondiale, devra étudier la faisabilité d’un collisionneur de hadrons de prochaine génération à la plus haute énergie atteignable, avec, comme première phase éventuelle, la construction d’un collisionneur électron-positon. Dans cette perspective, l’étude de faisabilité relative au Futur collisionneur circulaire (FCC) a pour objectif de déterminer la viabilité technique et financière d’une telle installation au CERN.

Dans le cadre de cette étude, le projet FCCIS (FCC Innovation Study), financé par l’Union européenne, présentera un plan de conception et de mise en œuvre pour la nouvelle infrastructure de recherche, composée d’un tunnel circulaire d’une circonférence de 90 à 100 kilomètres et de huit à douze sites en surface.

La construction des structures souterraines du FCC produirait environ 9 millions de mètres cubes de matériaux excavés, soit environ trois fois et demie la pyramide de Khéops. Conformément au plan d’action de l’Union européenne pour l’économie circulaire et suivant les bonnes pratiques adoptées par les deux États hôtes du CERN (la France et la Suisse), le projet FCC suppose une approche stratégique de la gestion des matériaux d’excavation.

Le projet FCCIS organise le concours international Mining the Future (Déblayer pour le futur), dont le défi est de valoriser le principal matériau d’excavation, une roche sédimentaire tendre connue sous le nom de molasse.

La molasse est commune dans les Alpes. Bien qu’elle soit fréquemment ramenée à la surface dans des chantiers de construction, il n’existe à ce jour aucune solution de réutilisation convaincante. Cette initiative est l’occasion de réunir des personnes issues de domaines différents afin de créer de la valeur pour la société, dans le sillage du développement d’une nouvelle infrastructure de recherche.

« Si Mining the Future permet de trouver une façon efficace d’utiliser la molasse, cela sera bénéfique pour l’étude de faisabilité du FCC, et cela contribuera utilement à rendre plus durables les projets de construction en Europe », explique Johannes Gutleber, du CERN, qui a eu l’idée d’organiser ce concours.

Les inscriptions ouvrent le 30 avril 2021 et la date limite pour le dépôt des candidatures est fixée au 31 octobre. Les technologies et processus envisagés doivent avoir fait l’objet d’une démonstration à l’échelle du laboratoire avant le dépôt du dossier. Ce concours international est ouvert aux particuliers, aux organisations à but non lucratif telles que les universités et les centres de recherche, aux entreprises et aux consortiums de tout pays associé au programme Horizon 2020 de l’Union européenne.

« Nous avons la chance d’avoir un jury composé d’experts internationaux dans des spécialités très diverses, allant des sciences des matériaux à la gestion de projets de construction de grande envergure, en passant par l’économie, l’économie circulaire et la gestion du cycle de vie », souligne l’organisateur du concours, Robert Galler, professeur à l’Université de Leoben, en Autriche.

Le gagnant bénéficiera d’un financement et de services destinés à permettre la mise au point de la technologie proposée. De plus amples informations sur le concours, les lignes directrices et le formulaire de candidature en ligne sont disponibles sur miningthefuture.web.cern.ch.

Other news