Un don d’équipements informatiques du CERN donne lieu à la création d'un centre d'excellence pour la physique des hautes énergies en Palestine

En 2019, 56 serveurs informatiques ont été expédiés du centre de calcul du CERN jusque vers l'Université nationale An-Najah à Naplouse (Palestine). Deux ans plus tard, ce don est en train de donner lieu à la création, à l’Université An-Najah, d'un centre d'excellence pour la physique des hautes énergies, qui vise à devenir un institut important pour la discipline dans la région.

« Les équipements informatiques constituent le noyau du nouveau centre que nous construisons », explique Ahmed Bassalat, professeur assistant à l’Université An-Najah et physicien d'ATLAS. Les serveurs, qui comprennent plus de mille cœurs de processeurs et huit serveurs de disques offrant environ 400 téraoctets de stockage, commencent à faire parler d’eux dans les cours de physique des hautes énergies donnés à l'Université et seront utiles aux étudiants en master et en doctorat qui font des recherches dans les domaines de l'intelligence artificielle, du développement d'algorithmes et de l'apprentissage automatique pour la physique expérimentale. Au-delà de la portée éducative, ces serveurs répondront aux besoins de calcul de la communauté scientifique locale et faciliteront le traitement des tâches des trajectographes à pixels dans les détecteurs de particules.

La collaboration avec des instituts de recherche en physique sera favorisée par une association formelle avec l'expérience ATLAS, actuellement en cours de négociation. Depuis la signature d'un accord de coopération international en décembre 2015, l'Université An-Najah connaît bien le CERN et ses expériences. La relation entre les deux entités a depuis lors porté ses fruits grâce à la participation de l'Université à l'expérience ATLAS, le recrutement d'étudiants d'été palestiniens et, surtout, le parrainage par le CERN de l'École d'hiver annuelle de physique des hautes énergies en Palestine (WISHEPP). L'école, qui a également bénéficié d'un fort soutien de l'Université Paris-Saclay, a fréquemment attiré des scientifiques du CERN et est devenue un événement clé pour la discipline dans la région.

La construction de l'infrastructure sur laquelle s'appuie les serveurs étant achevée, la communauté palestinienne de la physique est impatiente de tirer le meilleur parti de l'énorme puissance de calcul offerte par les serveurs. « Nous espérons bientôt nous développer, commente Ahmed avec un grand sourire. Pour les pays aux ressources limitées, une collaboration comme celle avec le CERN offre des perspectives inespérées ». 

Other news