Hi Lumi-LHC : les collisions deviennent plus brillantes aussi grâce à nos alumni

Jun 17, 2018

La cérémonie d'inauguration qui a eu lieu le 15 juin a officiellement marqué le début des travaux de modernisation du grand collisionneur de hadrons (LHC) qui va devenirle HL-LHC ( Hi-Lumi LHC). La machine améliorée fournira un nombre plus élevé de collisions proton-proton par seconde, grâce à la luminosité accrue. Plus de collisions signifie plus de possibilités pour les physiciens d'étudier des phénomènes rares et de recueillir des mesures plus précises.

Tous les secteurs de la recherche, du développement du matériel informatique et des logiciels, à la physique théorique, physique des accélérateurs, ingénierie et aussi les services administratifs tels que juridiques, achats  et  ressources humaines, ont été impliqués dans le projet depuis ses débuts et, par conséquent, de nombreux collaborateurs ont contribué à son succès. Aujourd'hui, certains de ces spécialistes ont quitté le CERN et travaillent dans d'autres secteurs.

Nous avons interrogé deux d'entre eux : Tao, qui a travaillé sur la conception de circuits intégrés durcis aux rayonnements pour les liaisons optiques de transmission de données pour les expériences ALTLAS et CMS et qui travaille actuellement chez Google en tant qu'ingénieur en matériel informatique ; et Liesbeth, qui a travaillé, comme boursière, dans la section Magnets Normal Conducting (Aimants à conduction normale ) du département Technologie et travaille actuellement comme Ingénieure principale en Conception chez ASML aux Pays-Bas.

 

Le HL-LHC est un grand projet qui s'étend sur de nombreuses années et pourtant chaque contribution individuelle fait une différence significative. Si le projet spécifique sur lequel vous avez travaillé n'avait pas été couronné de succès, que serait-il advenu de l'ensemble du programme de modernisation du LHC?

Liesbeth : Mon travail a impliqué la conception, l'ingénierie et le suivi de la fabrication et des tests d'aimants à conduction normale pour Linac4. Linac4 a été construit pour remplacer Linac2, et est crucial dans la livraison des faisceaux de haute luminosité qui seront envoyés dans le LHC. Pour être très précise, j'ai travaillé sur les aimants quadripolaires inter-réservoirs et les aimants quadripolaires de la ligne de transfert. Des aimants quadripolaires sont nécessaires pour focaliser le faisceau. Cela signifie que sans mon travail, les particules seraient dé-focalisées et la qualité du faisceau serait très faible.

Tao : J'ai participé en tant que concepteur de circuit intégré (IC) pour les projets GBT (GigaBit Transceiver) et Versatile Link, qui sont des circuits intégrés de transmission de données résistant au rayonnement et des liaisons à installer dans HL-LHC. Le HL-LHC recueillera vraisemblablement dix fois plus de données que le LHC actuel. Les données collectées, qui sont au niveau de cent pétaoctets, doivent être transmises au Centre de calcul du CERN par le biais de ces circuits intégrés et liens pendant les collisions avant d'être ensuite distribuées à d'autres centres de calcul et analysées par les scientifiques et chercheurs du monde entier. Les projets GBT et Versatile Link sont un élément essentiel de HL-LHC. Sans leur succès, les données collectées, donc de possibles nouvelles découvertes, ne seraient pas disponibles.

 

Suivez-vous toujours ce qui se passe avec votre ancien projet maintenant que vous êtes tous les deux alumni ? Êtes-vous toujours en contact avec vos anciens collègues ?

Liesbeth : Oui, j'essaie de rester en contact avec les anciens collègues qui travaillent encore au CERN, pour avoir des nouvelles des aimants sur lesquels j'ai travaillé. J'ai récemment lu un rapport sur le statut du Linac4. J’ai encore des nouvelles  des collègues du CERN qui ont quitté le CERN et qui ont changé d'emploi et de pays. Enfin, chaque fois que je rencontre des personnes ayant fait leur carrière au CERN, nous nous amusons généralement à comparer nos expériences !

Tao : Je suis toujours en train de suivre de près les progrès des anciens projets, et je reste en contact permanent avec mes anciens collègues. J'ai aussi eu l'occasion de rencontrer d'anciens collègues. Comme lors de la conférence Topical Workshop on Electronics pour la physique des particules en 2017 qui s'est tenue à Santa Cruz, en Californie, à proximité de mon bureau actuel. J'ai eu l'occasion de parler à d'anciens collègues travaillant sur les anciens projets.

 

Participer à un projet aussi ambitieux a probablement laissé un énorme héritage dans votre carrière professionnelle ? Est-il  frustrant d'avoir eu la possibilité de participer seulement pour une courte période de temps ou cela a-t-il été le levier pour la poursuite de votre carrière dans d'autres domaines ?

Liesbeth : Cela aurait été génial d'avoir pu continuer à travailler et participer à la mise en service de Linac4. D'un autre côté, en réalité je suis une scientifique de systèmes computationnels, et ceci ne faisait pas vraiment partie de mon travail au CERN. Après mon expérience au CERN, j'ai rejoint le Blue Brain Project et le Human Brain Project dans leur quête pour simuler le cerveau humain. Dans ma position actuelle, je travaille chez ASML, le plus grand fournisseur au monde de systèmes de photolithographie pour l'industrie des semi-conducteurs. Travaillant au CERN, j’ai pu avoir confirmation de ce que je préfère et je suis capable de travailler dans un environnement interdisciplinaire à la pointe de la technologie, et j'ai certainement pu en tirer parti dans ma carrière.

Tao : Certainement un énorme héritage ! C'était mon premier travail et j’ai pu travailler avec autant de talents de différents pays sur le même projet ambitieux. C'est dommage que je ne puisse pas participer à tout le projet. Mais je suis ses progrès et serai certainement heureux d'assister au succès de HL-LHC.

 

Y a-t-il des compétences ou des leçons que vous avez apprises ici au CERN et qui sont essentielles pour votre rôle actuel dans votre nouvel environnement professionnel ?

Liesbeth : Je suis informaticienne, et l'expérience du CERN était un cadeau, dans la mesure où j'avais la possibilité de travailler et de me développer dans les domaines de l'ingénierie mécanique et électrique, ce qui était une expérience très large. De plus, j'ai appris comment opérer et planifier en tant que membre d'une équipe multidisciplinaire. J'ai eu la chance de participer à de nombreuses réunions d'intégration où vous développiez une meilleure compréhension globale du projet Linac4. Cela m'a donné une meilleure compréhension de la gestion de projet, dans le cadre vraiment unique du CERN.

Tao : Les compétences que j'ai acquises au CERN m’aident grandement pour mes tâches actuelles. Travaillant chez Google Fiber en tant qu'ingénieur en matériel informatique, nous visons à rendre l'Internet gigabit ultra-rapide de haute qualité abordable et accessible à tous et dans le monde entier, ce qui est un autre projet ambitieux. A l'instar des projets auxquels j'ai participé au CERN, je suis encore en train de concevoir les circuits et les liens de transmission. Je profite toujours de l'expérience du CERN. C'est pourquoi je pense que le LHC n'est pas seulement une expérience de physique. Sa portée est  beaucoup plus large et importante  que nous le pensions.


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.