Nager à contre-courant …

Aug 09, 2018

CERN Alumni : Sudeshna Datta-Cockerill
Au CERN de 1976 à 2018
Aujourd’hui : retraitée, membre du Comité Consultatif de CERN Alumni

Une longévité exceptionnellement longue dans ce Laboratoire, 42 années, et une série de batailles gagnées, voici ce qui rend la carrière de Sudeshna vraiment impressionnante et qui suscite l’admiration. 

Née à Kolkata (anciennement Calcutta), Sudeshna a passé son enfance en Inde, dans ce qui était à l’époque une ville très cosmopolite. Elle y était exposée à des cultures diverses et a vite été sensibilisée aux inégalités et à la nécessité de les combattre. Elle a obtenu tout d’abord un diplôme en littérature comparée anglaise et française au Smith College, puis une maîtrise en développement des ressources humaines aux États-Unis. Sur le chemin du retour vers l’Inde, elle s’est arrêtée en Europe, où elle est restée depuis, au CERN.  

Sudeshna se souvient avec émotion de l’esprit d’équipe et d’engagement auprès des utilisateurs qui animait le service chargé de la formation et du développement au sein de la Division du personnel. C’est là qu’elle et sa collègue, Françoise Fabre, furent repérées par leur chef de groupe, E. Fischer, comme étant les bonnes personnes pour initier un changement de culture majeur dans l’Organisation : le lancement d’un programme de formation en management et communication. Ce fut le premier d’une série de changements qui ont eu un grand impact sur la vie de tous au CERN.

Elle se souvient avoir rencontré beaucoup de résistance lors de la mise en place du programme de formation en management, qui venait compléter un programme complet de formation technique déjà en place. Elle savait bien qu’une approche progressive, étape par étape, la mènerait plus loin qu’une bataille ouverte. C’est la même approche progressive qui lui a si bien servi dans ses combats successifs pour amener certains changements de culture : l’instauration d’un programme d’induction, la mise en place d’un programme pour l’égalité des chances, l’identification des valeurs du CERN – qui formeront plus tard la base du Code de conduite de l’Organisation – la création d’un Bureau pour la diversité, et finalement, le poste d’ombuds, qu’elle a occupé jusqu’à son départ en retraite, en mars 2018. 
« Je me suis toujours sentie comme un poisson nageant à contre-courant », commente Sudeshna avec un grand sourire malicieux.  

« J’étais convaincue de l’importance d’avoir un réseau personnel et des alliés, ajoute  Sudeshna, et que l’introduction de changements de culture ne pouvait réussir que si ces changements étaient appuyés par la Direction ».
Outre Erhard Fischer, elle rend hommage à Bo Angerth, Chris Llewellyn Smith, John Ellis, Rolf Heuer et Anne Sylvie Catherin, qui, au sein de de la Direction, ont soutenu les changements culturels que l’Organisation avait amorcés. « La Directrice générale actuelle, Fabiola Gianotti, incarne la diversité dans sa dimension de genre », souligne Sudeshna, qui ajoute : « Je suis heureuse d’avoir vu cela arriver au CERN. »

Quand on lui demande comment elle est parvenue à concilier ces années difficiles et intenses au CERN avec une vie de famille, Sudeshna donne le conseil suivant : « Il est important de savoir quelles sont vos priorités, mais aussi vos limites, et à quel moment il faut savoir dire non. Il ne faut pas avoir de regrets. » Puis, à l’intention tout particulièrement des femmes, elle souligne : « Croyez-en vous et laissez-vous guider par vos idées ! Petit à petit, avec un réseau fort et des alliés, et en vous entraidant, vous y parviendrez ». 

Pour le CERN d’aujourd’hui, Sudeshna voit encore des territoires inexplorés et des batailles qu’elle aurait vraiment aimé mener. La première chose qui lui vient en tête, c’est « l’importance de favoriser un dialogue constant de bas en haut, de haut en bas et dans toutes les directions, parce que le dialogue amène la confiance et que, sans confiance, il n’y a pas de plaisir au travail. Ce ne sont pas seulement les décisions que vous prenez qui importent, mais aussi la manière dont vous les communiquez ». 

Sudeshna reconnaît que la retraite est une transition qui n’est pas facile. Les occasions de partager son expérience, comme celles qu’offrent les entretiens sur la diversité du collectif « Femmes dans la technologie » (WIT) sont précieuses à cet égard car « elles permettent de satisfaire le besoin situé au sommet de la pyramide de Maslow : la réalisation de soi ». 

Enfin, ce qui nous fait vraiment plaisir, Sudeshna souligne : « Le Réseau CERN Alumni est extrêmement important pour maintenir le lien, continuer à se sentir membre de la communauté et pour préserver ce sentiment d’appartenance qui a été si important pour moi toutes ces années ».

Merci Sudeshna !
 
NB: Ceci est un résumé d’un échange entre Sudeshna et les participants aux entretiens de la diversité du WIT, en mai 2017. L’enregistrement complet de cet échange est disponible à l’adresse : https://videos.cern.ch/record/2631646 . Un grand merci à nos collègues du WIT!
 

 


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.